555, rue collard, C. P. 2157
ALMA (QUÉBEC) G8B 5W1
T. 418 668-6635  F. 418 668-3263
INFO@LANGAGEPLUS.COM

HEURES D'OUVERTURE Menu

HEURES D'OUVERTURE

Mardi au samedi : 12 h à 16 h 30

Dimanche : 13 h à 16 h 
Également sur rendez-vous.


[La galerie sera fermée du 21 au 27 décembre et du 30 décembre au 4 janvier.]


Atelier en cours

La Terre en apnée
La Terre en apnée
Philippe Boissonnet
30 mai au 31 août 2014
Vernissage le vendredi 30 mai 17 h

Description

Connaît-on le vrai visage de la Terre?

 

La recherche de Philippe Boissonnet s’intéresse à la représentation que nous avons de la Terre par l’utilisation du globe terrestre et plus récemment par des images retransmises par satellites de Google Earth. Cette conceptualisation matérielle de notre monde – planète sphérique constituée de 71 % d’eau salée, puis d’une croûte terrestre délimitée en continents – a évolué de façon constante dans l’imaginaire des humains qui ont toujours inventé des machines avec le désir de percevoir le monde avec justesse et précision. Si la science tente de fournir des clés pour améliorer le sort écologique de notre planète, les appareils et les activités contribuent néanmoins à la pollution et à la détérioration de celle-ci.

 

Par ses œuvres, Boissonnet cherche à comprendre ce rapport que les hommes entretiennent avec leur planète, autant dans ses aspects scientifiques qu’imaginaires. Les titres qu’il leur donne font souvent référence à la mythologie grecque : par ses allusions légendaires, l’artiste introduit que notre perception du monde n’est pas aussi exacte qu’on voudrait bien le croire.

 

Grisés à notre tour par une quête scientifique fournissant des données soi-disant toujours plus pointues, nos exigences s’affinent. Pourtant, la science est une perception de la réalité, rationnelle et vérifiable, peut-être, mais en constante évolution dans notre compréhension du monde. Comme le mentionne si bien l’artiste, la « fragilité de cette conception du "sans limites" » est aussi suggérée dans le choix des techniques utilisées, que ce soit le logiciel Google Earth, l’holographie, la photographie, la photocopie ou la vidéo. L’impression de voir le monde tel qu’il est ou de capter sa réalité est en effet illusoire.

 

Philippe Boissonnet propose dans cette exposition de contempler la planète bleue et d’interagir avec elle. Ces œuvres d’art offrent une expérience ludique de la représentation de la Terre et deviennent différentes manières de s’approprier et de transmettre notre vision du monde. L’art offre un regard de distanciation qui permettra peut-être de conscientiser l’humanité à l’importance de sauvegarder notre civilisation. Espérons-le!


- Jocelyne Fortin, commissaire et directrice de Langage Plus



© Vidéo : Philippe Boissonnet


o


Né en France, Philippe Boissonnet réside au Québec depuis 1985. Après une formation en art à Angers, à Paris puis à Montréal (UQAM), il devient en 1993 professeur régulier en arts visuels et médiatiques à l'Université du Québec à Trois-Rivières. Il vit et travaille à Trois-Rivières. Arrimant des procédés holographiques à des installations lumineuses, sculpturales et interactives, sa recherche intermédiatique a plusieurs fois été soutenue par le Conseil des arts et des lettres du Québec, le Conseil des arts du Canada et le Fonds de recherche FQRSC. Philippe Boissonnet a participé à maintes résidences de création au Canada, en France, en Espagne et en Argentine. Il a récemment terminé un doctorat en études et pratiques des arts à l’UQAM.


L'étrange légèreté du monde, 2010-2012 / Recartographier son monde, 1993-2000

La conscience des limites : Icare, 2013 / La conscience des limites : Atlas, extrait, 2010-2014


Cliquer sur les flèches pour télécharger :

  Le feuillet d'exposition et les textes en salle  download2 lp

  Le dossier de presse  download lp

 

Photos : Mariane Tremblay et Mélissa Corbeil