Langage Plus

Sans titre
Sans titre
Sébastien Cliche
29 mars au 27 avril 2010

Description

 

 

 

Au cours de ce projet, l'artiste a mené simultanément, un travail de documentation photographique, une collecte d'enregistrements sonores et l'écriture de courts fragments narratifs. Ces éléments sont intégrés à la création d'une œuvre interactive dont la diffusion pourra se faire sur le Web ou sous forme d'installation. En parallèle, sept tableaux photographiques ont été produits et imprimés. Ce projet s'inscrit dans le volet «Parcours, itinéraire et cartographie» du programme de résidence.

 

Propos

Sébastien Cliche s'intéresse, sous la forme d'un récit non-linéaire, au sentiment de désorientation. La perte de repères et les émotions qu'elle provoque est un prétexte pour aborder les thèmes de l'abandon et du lâcher prise. Cette démarche questionne les systèmes de protection psychologique et les refuges internes où l'on se replie face à l'inconnu. Un déplacement s'opère alors de l'interprétation exogène vers une sensation intériorisée des sentiments liés à la menace. De là, c'est toute la part de fabulation qui est mise à l'avant plan. Dans son travail, ce passage donne lieu à une imagerie oscillant entre l'approche documentaire et une esthétique relevant du fantastique.

 

Captation

Pour mener à bien ce projet, l'artiste a misé sur une démarche déambulatoire en se mettant volontairement en situation de désorientation. Le travail de terrain s'est fait sur le mode de l'exploration aléatoire des différents quartiers de Strasbourg mais aussi des forêts qui bordent la ville. La forêt est un lieu qu'il privilégie. Son écosystème nous conforte dans notre appartenance au monde mais elle renferme aussi un potentiel de danger, inscrit de façon archétypale dans notre imaginaire.


Transformation

D'abord captée sur un mode documentaire, c'est à postériori que l'image est construite par des manipulations numériques qui lui confèrent une picturalité fictionnelle. Chaque élément est traité comme un fragment autonome. Il conserve un lien d'appartenance à l'ensemble mais n'occupe pas une place déterminée dans la structure du récit. Les parcours qui sont empruntés pour la captation des images et des sons et qui inspirent l'écriture des textes sont bien réels, mais le traitement de ces documents les propulsent dans un univers plus proche du songe que de l'expérience vécue. Il en va de même pour l'articulation de ces fragments. Dans l'œuvre interactive, c'est le visiteur qui créer son propre itinéraire. Ses choix influent sur le récit en laissant dans l'ombre toutes les autres possibilités.

 

Intégration

La plateforme d'intégration Web, qui est actuellement en cours de réalisation, lui permet d'ajouter rapidement des éléments à une structure ouverte et souple et ce, sans avoir à se soucier de la mécanique qui assure la liaison entre les fragments. Cette approche donne lieu à des combinaisons aléatoires qui stimulent la construction du récit. D'autre part, des outils servent à établir des liens plus spécifiques afin d'assurer un contrôle «éditorial» sur le développement de l'œuvre. Cette flexibilité lui permettra d'amorcer le travail d'intégration sur place et ce, en alternance avec la collecte et la production de contenus.

Photos